Loading...

Le Covid-19... Une belle claque à la mondialisation | Forum

Emplacement du sujet : Accueil du forum » Espace tout public » Débats
PROVOCATOR VIP★★
PROVOCATOR Avr. 12

APRES LA CRISE, LE BEAU TEMPS… ? Pleurons nos beaux jours, car ceux-ci se perdent de plus en plus à mesure que le temps passe.

Le monde dans lequel nous avons été enfantés a bien changé.  Toutes les époques depuis que les humanoïdes peuplent la terre ont pleurés leurs morts, et cela n’arrêtera, malheureusement, jamais. Nous en avons tous conscience, et c’est inéluctable.


LE POUVOIR… quelle belle trouvaille pour ces autoproclamés « responsables, mais jamais coupables » (je ne parle pas des élections, bien sûr. A ce niveau-là, nous sommes également « responsables, mais jamais coupables »). On peut tous se jeter la première pierre puisque à notre petit niveau nous sommes également étiquetés de la même manière (voyons juste nos actes dans la vie de tous les jours…).


TROIS MILLIARDS D’INDIVIDUS CONFINES DANS LE MONDE… DU JAMAIS VU DEPUIS LA NUIT DES TEMPS !

Même pendant les deux terribles derrières guerres, il y a plutôt des exodes massifs, des prises de maquis, des révoltes de défense, des familles cherchant, tout simplement, à continuer de vivre.

MAIS CETTE CRISE… n’est pas une guerre, comme le dit si bien MACRON. Désolé pour lui, mais je ne suis pas d’accord. Il faut utiliser les mots justes, et les effets d’annonces sont légions, comme pour beaucoup de chef d‘Etat, d’ailleurs. Les mots qui font peurs, ils aiment ça…


NOTRE MONDE… notre monde ??? Je dirais cette terre qui a bien voulu de nous, et nous permettre d’évoluer pour en arriver à ce que nous avons fait, sous l’égide de ces personnages avides de pouvoir, et fermant les yeux sur ce qui saute justement aux yeux.


MONEY IS MONEY… nous y voilà n’est-ce pas… Ce fric de malheur, affaiblissant toujours de plus en plus les plus faibles et, paradoxalement, les plus courageux. Je veux dire le monde ouvrier, celui par lequel ces pays ne seraient rien. L’asservissement le plus total des peuples sous le couvert des paroles lénifiantes de ces « chefs de gouvernement » qui ne comprennent rien au monde du travail.

Ces bulles dans lesquelles ils gravitent, et n’y laissant pénétrer que les énarques avides de fric (la bulle est grande assez pour les actionnaires, évidemment), et en y ajoutant les larmes et le sang des gens qui crèvent de plus en plus. Combien de centaines de milliards va-t-il falloir de nouveau concéder dans l’effort pour combler ce trou abyssal créé, comme d’habitude, par la soif de toujours enrichir plus, une minorité. Alors que cette catastrophe a justement été créée par les systèmes enfantés par ces enrichissements.


LE MONDE EST FOU… un bateau naviguant sans capitaine, mais les matelots sont à leurs postes pour faire avancer cette machinerie, au risque de faire définitivement naufrage. Mais, ne vous inquiétez pas pour le capitaine, il a déjà pris le seul canot de sauvetage depuis longtemps.

Des enfants meurent en Afrique (ou autre part, nous avons nos sans abris), tous les jours… En parle-t-on ? Cela nous concerne-t-il ? Tant que cela n’influe pas sur notre confort, on n’en n’a rien à foutre. Dans un plus large spectre, les dirigeants s’en préoccupent-ils ? Pas du tout, tant que le PIB n’est pas atteint. Voilà !!!

Les médias ont occultés ces pauvres personnes si près de nous, car cela n’a aucun impact actuellement sur les politicards présents. Dans la situation actuelle, ils essaient de maintenir leur tête hors de l’eau tant bien que mal. Ils visent les prochaines élections, ne vous y trompez pas, surtout. Comment vont-ils faire pour sauver les meubles le moment venu ? Ce n’est pas d’un seul parapluie qu’ils ont besoin.

Nous sommes dans un pays développé, mais tellement égoïste. Nos vies n’ont pas le même prix que dans le quart  monde, malheureusement pour eux.

Se mettant en avant, croyant maitriser cette situation, ils ont pour ainsi dire moqués les scientifiques. Des études avaient déjà été faites il y a vingt ans, ne subissant que des railleries, traitant les savants d’illuminés. Le résultat est là, car les chefs des pays industrialisés voient les résultats en bourse (je simplifie, bien sûr).

Ce qui tue notre belle terre est le fruit de la démolition pure et simple des écosystèmes, de la biodiversité, des monocultures à outrance. Les essences même de toutes vies sur terre consciencieusement démolies pour que certains aient plus de gras dans leurs assiettes.


PANDEMIE=LE CHOC DES ESPECES :

Tous les travers de la civilisation actuelle est le fruit des développements ayant permis une mondialisation accentuant toutes les perversités dans les manœuvres outrancières.

ON TUE TOUT POUR VIVRE…  quel paradoxe! Les espèces migrent vers de nouveaux habitats emmenant avec elles les maladies nichées dans leurs gênes. Agressant ainsi, et de plus en plus, nos existences de plus en plus fragilisées. Mais parallèlement tuant également tant d’espèces nécessaires pour un parfait équilibre.

La déforestation pour plus de monoculture tuant la faune et la flore (ce qu’il y a de plus beaux à voir), nous tue aussi à petit feux. La démographie (cette science statistique) montre facilement l’augmentation exponentielle des populations et par extension les migrations des peuples. Comment éviter une famine annoncée, comment nourrir tout le monde. Il faut des décisions courageuses également à ce niveau (la Chine n’avait-elle pas instaurée « l’enfant unique » ?). Ah oui c’est vrai, j’oubliais ici la sacro-sainte loi de la liberté des individus, comme ailleurs.


EN REFLEXION

Voilà encore un bien beau mot. Réfléchir, se concerter, débattre, etc.…  Des dizaines de milliers de pages au niveau mondial (peut-être même bien plus), et démembrant par la même occasion de si belles forêts. Et pour encore une fois donner un brillant, un éclat à la vitrine des Etats pour les résultats que l’on connait.